Pour aller plus loin

Comme vous pouvez le constater, j'évoque la notion de combat sans parler d'une discipline particulière. Cela tient du fait que mon approche du combat trouve sa source dans plusieurs disciplines martiales.

Pratiquant depuis mon plus jeune âge, j'ai eu l'occasion d'apprendre de nombreuses disciplines (Judo, Karaté, Taekwendo, Kali jet Kune do, Boxe anglaise, française, Thaïlandaise, Full contact, MMA, Self défense et le Penchak Silat etc.). Je donne des cours depuis 2002 et participe encore à des stages de perfectionnement toujours dans la perspective de devenir meilleur ou du moins le mieux préparé possible (techniquement, physiquement et psychologiquement).

Par meilleur, j'entends donner le meilleur de moi-même pour parfaire mon art " le Combat ". Il est nullement question de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Nous sommes toujours plus fort que les uns et moins fort que les autres. En effet, je peux être le meilleur dans une discipline et ne plus l'être lorsque l'on change les " données ", les règles. De ce fait, il arrive parfois que des personnes qui ne pratiquent aucun sport de combat puissent être plus "dangereux" qu'un pratiquant qui évolue dans un cadre sportif (un pratiquant qui respecte des règles ou un code de conduite dans un cadre conventionnel). Alors que dans la rue tout est permis pour un agresseur.

Ce qu'il faut comprendre c'est que le jour "J" je dois être prêt c'est tout ! Que l'agresseur soit fort ou pas, je dois être en mesure de me sortir d'une situation car je n'ai peut être pas d'autres alternatives. Dans ce contexte, il faut avoir à l'esprit que c'est parfois le simple pion qui permet de renverser le roi.

 

Vous l'avez compris, mon objectif est donc de devenir, en toute humilité, le plus prêt possible afin d'être en mesure de faire face aux situations qui nécessitent de se préserver du danger. C'est donc à ce titre que toutes les disciplines, les enseignants collaborateurs et même les pratiquants ont quelque chose à m'apporter.

Mon but est d'éveiller, chez le pratiquant, une vision large de l'art martial et de ne pas s'enfermer dans un style académique. Il est primordial de sortir de sa zone de confort et de varier les approches. Pour ma part, j'ai commencé comme beaucoup par le Judo mais j'ai été rapidement attiré par le striking (combat avec des frappes). Je me suis donc aiguillé vers le karaté ou j'ai très rapidement progressé (en même temps je m'entraîner 8 heures minimum par semaine). Sauf qu'un jour, j'ai souhaité m'essayer à la boxe anglaise, dès les premiers échangent je me suis vite rendu compte que ma garde de karatéka n'était pas du tout adaptée... au bout d'un mois j'ai effectué mon premier  combat en gala avec ko autorisé et là, même si j'ai gagné ce combat par ko technique, J'ai pris conscience que pour devenir compétent il ne fallait pas choisir une discipline mais être capable de s'adapter à chacune d'elle.

J'ajoute notamment, dans mes enseignements, une approche psychologique du combat. En effet, le stress génère un facteur nerveux important et ce n'est pas le jour J qu'il faut le découvrir. On a tous cette capacité à vouloir survivre et nous sommes capables de décupler des ressources inimaginables pour se sortir d'une situation de danger. Mais attention la colère et la peur sont des émotions avec lesquelles il faut apprendre à composer... 

Self Défense

On me demande souvent mon avis concernant l'efficacité de la Self Défense (SD). Pas mal de polémique ont vu le jour depuis quelques années. Il s'agit, selon moi, d'un faux débat. Certes certains arts martiaux ou enseignant de SD ont tendance à démontrer une vision, en partie, très théorique de la pratique voir totalement inadaptée (en enseignant des techniques qui ne fonctionnent tout simplement pas).

Ces techniques sont souvent issue de techniques ancestrales et ne sont pas ou plus adaptées. Les codes du combat ont évolué, en effet, si les techniques de défense évoluent les techniques d'agressions également. Au point que, à 97,74 % des cas, l'art ultime sera la SDS (Sortie De Secours)... la fuite.

La Self Défense est devenue très à la mode et le nombre d'enseignant à bien proliférer. Toutefois sur le nombre, ils ne sont pas nombreux à tester le taux de réussite de leurs techniques dans des conditions proche de la réalité. C'est-à-dire en réaction à des agressions non codifiée. Le problème c'est qu'il ne faut pas mentir aux gens. Il manque un bon nombre de paramètre à prendre en compte et de logique pour que la self soit enseignée efficacement. On ne peut pas, selon moi, prétendre vouloir faire de la SD pour Monsieur tout le monde et insérer un High Kick dans l'enchaînement.

 

Concernant les méthodes d'entraînement, je ne suis pas fan des applications permanentes sur " des hommes sacs de frappe " dit plastron. L’endurcissement est une chose créer des micros fractures en est une autre. Si l'idée est de fragiliser pour endurcir il y a quelque chose qui m'échappe. Ce qui est important au delà de la progression c'est aussi de durer. Si l'endurcissement est musculaire il est nullement besoin de traumatiser en permanence les os. Car si les os gagnent en solidité après fracture ce n'est pas le cas de nos articulations (le risque d'arthrose est important). L'endurcissement doit être très encadré et surtout pas pris à la légère.

Pour revenir sur la notion d'efficacité des professeurs de SD, pour ne cité qu'eux : Fred MASTRO, Dan BERTRAND (SDFC), RALPH (MDS Paris) ont suffisamment démontré le caractère efficace et sérieux de leur méthode.

Ce qu'il faut comprendre c'est que face à un couteau,  si je n'ai pas l'occasion de fuir, je préfère avoir travailler des techniques de désarmement que de me sentir totalement démuni. Il ne s'agit dès lors, peut être pas d'un problème de la matière mais plus d'un problème d'enseignement. Pour reprendre l'exemple cité plus haut, ce n'est pas parce que ma garde de karatéka était inadapté face aux attaques du boxeur que l'efficacité du karaté doit être remis en cause...

 

Comme je le disais plus haut, j'apprends ce qui existe, je l'adapte et je retiens ce qui me convient, le tout afin d'obtenir mon propre style.

Jems CARMONT

(1974 - pas encore mort !)

 

© 2023 par Salle de sport et fitness. Créé avec Wix.com